Times24.info : Lors de l’enregistrement de l’émission de Dieudonné, l’essayiste Alain Soral a perdu son calme après qu’un certain Daniel Conversano a émis des propos racistes et entrepris de corriger ce dernier. L’affaire pourrait connaître des suites judiciaires.

Ce devait être un débat d’idées sous la houlette de l’humoriste Dieudonné. Mais l’essayiste Alain Soral, fondateur de l’association Egalité et réconciliation, est aussi instructeur fédéral de boxe française. On s’en rend compte dans une démonstration donnée sur la personne de Daniel Conversano, une figure connu pour ses positions à l’encontre des Arabes et des musulmans.

L’objet de la querelle, le mérite supposé d’Alain Soral dans la montée du Front national (FN). Pour Daniel Conversano, le polémiste n’y serait pour rien. Pour Daniel Conversano, les bons scores du FN s’expliqueraient, plus simplement, par la présence des immigrés dans le pays. «Ce ne sont pas des Français», explique Conversano, «Comment oses-tu dire ça ?», lui rétorque Alain Soral, lequel prône une ligne de réconciliation entre les communautés dites «de souche» et «de branche» en France, donc exempte de considérations de races.

Daniel Conversano se met alors à hurler : «C’est pas ta ligne qui a amené le FN à 30 %… C’est parce que les gens en ont plein le cul des Arabes !» Et, là tout s’enchaîne, après les propos racistes : malgré l’intervention de Dieudonné, Alain Soral place quelques frappes efficaces et Daniel Conversano sortira de l’échange la bouche en sang.

Si Daniel Conversano, alias Michele Salverola, alias «Le Dictateur», porte plainte pour coups et blessures, ce sera une procédure de plus contre Alain Soral, régulièrement mis en cause pour ses propos et ses analyses, notamment par le Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France, ainsi que la Licra.