Times24.info : Une nouvelle semaine commence avec son lot de certitudes et d’incertitudes. Tel est le sort que Dieu réserve de nos vies. Mais pour ce que l’on maîtrise de cette vie, faisons-en l’usage le meilleur. Car si Dieu nous a créé en nous distinguant des autres , c’est que nous sommes ses préférés. Nous devons donc donner un sens à notre vie en nous élevant au dessus de tout. Albert Camus ne recommandait-il pas ceci : « Élevons ce pays en élevant notre Langage. »

Depuis quelques jours l’actualité nationale est dominée par le débat sur le prochain référendum prévu le 20/03. Pour l’instant, chacun donne sa position comme dans une bonne démocratie et la vie continue. Parmi ceux qui donnent leur avis, il y en a qui respectent aussi ceux des autres. Et cela est à saluer.

Émettre son avis sur une question d’actualité est normale dans une démocratie. Ne pas l’admettre, c’est ignorer le B-A BA de la démocratie et des règles de bienséance.

Dans un référendum, il n’y a que trois possibilités : voter oui, voter non , voter blanc.

Pour le référendum du 20/03, il n’y aura pas de bulletin blanc pour ceux qui ne souhaitent voter ni oui, ni non. Je me demande d’ailleurs pourquoi, l’Etat d’autorité en a ainsi décidé. C’est comme s’il voulait obliger à aller voter oui ou non ou à s’abstenir en restant à la maison.

Ce n’est pas juste car le vote blanc traduit aussi un message.

Bref, la précampagne bat son plein. Les états-majors sont à pied-d’œuvre pour espérer engranger le maximum de voix.

Pour ma part, je souhaite vivement que le Non l’emporte en raison des innombrables problèmes qui sont restés sans solution depuis 4 ans et en raison surtout du sentiment qu’éprouvent la plupart des sénégalais à la suite du refus du PR (Président) de réduire son mandat en cours .

Au delà-même des 15 points qui constituent les questions qui seront soumises au peuple le 20/03, le vote des Sénégalais dépendra de leur situation sociale depuis l’arrivée du Président Macky Sall au pouvoir. Et Dieu sait que la pauvreté et la précarité ont fini de gagner la majorité des foyers (sénégalais).

Aujourd’hui encore le camp du pouvoir est plus que jamais confronté à de sérieux problèmes avec les discordances au sein même du PS (Parti Socialiste).

Wait and see pour savoir qui de Khalifa Sall ou de Tanor (Ousmane Tanor Dieng) perdra cette bataille des chefs .

Je souhaite que ce soit Khalifa Sall (maire de Dakar) et le camp du Non qui triomphent pour qu’ensemble nous disons : Non Non Non et Non, le 20/03 prochain a une écrasante majorité des électeurs Sénégalais épris de justice et de progrès.

Qu’Allah protège le Sénégal et l’Afrique !

Souleymane Ndéné Ndiaye,

Ancien Premier ministre du Sénégal

Leader de l’Union Nationale pour le Peuple (UNP)