Times24.info : Une foule de migrants africains a pris d’assaut la frontière entre le Maroc et le territoire espagnol de Ceuta, à l’aube du 31 octobre, affrontant des policiers puis se frayant un chemin à travers des murs de fils barbelés.

La présence de policiers espagnols et les clôtures en fil barbelés n’ont pas empêché quelque 220 migrants originaires d’Afrique de pénétrer illégalement dans Ceuta, une enclave espagnole sur la côte méditerranéenne du royaume marocain. Entamée le 31 octobre à l’aube, cette ruée vers la frontière espagnole, telle qu’en a fait état l’agence Reuters, a provoqué des affrontements entre migrants et représentants des forces de l’ordre.

Trois fonctionnaires de police espagnols ont eu besoin de soins médicaux à l’issue des événements, tandis que 32 clandestins ont été hospitalisés, blessés notamment par les pointes des fils barbelés.

De nombreux Africains, épuisés, se sont effondrés après avoir pénétré sur le territoire espagnol, comme en témoignent des photographies diffusées par l’agence de presse.

© M. Martin Source: Reuters

Du personnel de la Croix-Rouge est venu en aide à ces réfugiés.

© M. Martin

 D’autres migrants, en outre, ont célébré la réussite de leur opération d’intrusion à Ceuta… sous le nez des agents de police.

© M. Martin

Les autorités espagnoles, indique Reuters, recherchent encore une grande partie de ces clandestins africains qui ont forcé la frontière.

Reste que cet événement n’est guère exceptionnel : en 2014 et 2015, des milliers de migrants étaient entrés illégalement dans cette enclave ou dans celle de Melilla (également au Maroc), avant de gagner le continent européen.