Son nom est synonyme de la grande classe et de la grâce dans l’habillement et du sur-mesure. Parce qu’il a compris très tôt que personne ne veut ressembler aux autres et rêve d’être vue et reconnue par sa différence. C’est dire simplement l’affirmation du moi par le sur-mesure s’est matérialisée chez Maitre Soufyno qui ne jure que par la coupe parfaite. Absent des palettes sénégalaises depuis un moment, Time24.info a accroché le Maestro qui a encore des idées pleines la tête pour le développement de son pays qu’il aime par-dessus tout, le Sénégal. Fier de sa capacité et de sa créativité, armé de son esprit visionnaire, Soufyno est plus que certain qu’il est «le saveur du sur-mesure et du futur de l’habillement dans le monde». Un challenge qu’il s’est fixé dans une autre ambition qu’il se donne pour le Sénégal. Entretien.

Times24: Vous aviez disparu de la circulation depuis quelques années. On n’entend plus parler de vous. En vérité, où était Soufyno?

Je ne vais pas l’appeler absence. On est toujours présent soit socialement ou spirituellement. Je dirai simplement que Soufyno a développé dans le monde entier un esprit et un style depuis plusieurs années. Et c’est dire qu’il y a onze ans ce style et cet esprit n’étaient peut-être pas très bien compris par les sénégalais. Je dirai que j’étais plus jeune. Mon ambition était de former des jeunes de mon pays; ce que j’ai fait dans le monde de l’habillement basé sur une histoire. Ce qui explique que j’avais fait beaucoup d’articles qui parlaient d’habillement depuis que l’homme a porté un pantalon pour la première fois. Mais à un moment donné, la production et la croissance de l’entreprise étaient plus fortes que la demande. Parce qu’en produisant dix alors que cinq seulement avaient le luxe de se le payer, en ce moment, il fallait faire un choix. Et le choix qui s’imposait était de déplacer l’entreprise en Europe. J’ai pris le sens inverse des entreprises européennes qui se déplacent en Afrique. Parce que là-bas, si tu produis 30 tu as une demande de 90. Mais je précise que cela n’est valable que dans le domaine de la mode. La créativité étant tellement accélérée que les gens ne suivent plus en Europe. Alors qu’en Afrique tout est à faire. En définitive la maison Soufyno s’est déplacée en Europe pour mieux gérer son expansion.

Oui mais votre absence a été interprétée de diverses manières. Certains même disent que vous aviez des problèmes avec la justice sénégalaise?

Non du tout. Cela ne va jamais arriver. Parce que j’ai formé beaucoup de jeunes qui évoluent aujourd’hui en Europe. J’ai créé des leaders qui continuent à venir vers moi parce que nous sommes des personnes qui avancent et font avancer les choses.

J’insiste sur la question pour être plus précis, on vous aurait reproché d’avoir livré une fausse marque à un de vos clients vers les années 2002-2003?

Avant de répondre à cette question je voudrai savoir qui avait cette commande?

Certains parlent de l’équipe nationale de football du Sénégal?

Eh bien vous avez vu à la télé chez Abdoulaye Wade que les Lions portaient ces costumes!

Certaines personnes disaient en son temps que vous n’aviez pas livré des originaux?

C’est quoi un original?

Bin écoute, nous ne sommes pas des spécialistes. C’est vous qui devriez nous dire c’est quoi un original, un faux ou un vrai….C’est également l’occasion pour vous de clarifier un peu le débat.

Non, non, alors… Je crois qu’il faut bien vérifier l’origine du problème. Pourquoi on l’a dit, qui est ce qui l’a dit. C’est à cette personne de vous dire c’est quoi l’original, ou le faux.

C’est l’occasion pour vous de repréciser les choses et de clarifier la question.

Toutes les télévisions ont vu que nous avons été au palais et que les joueurs ont porté, justement, ces tenues. Nous avons salué le Président, etc. Bon, je crois que ce sont des polémiques qui n’ont pas beaucoup d’importance…

Oui justement en ce moment on parlait même d’une affaire de 17 millions, etc.

Cette histoire a été clarifiée totalement. Ce que je peux vous dire en définitive sur ces questions que je suis une personne qui même quand je me retourne je vois le futur. Je dirai simplement qu’il y avait un malentendu qui peut arriver. Mais je crois qu’il faut être positif. Et je dirai simplement que j’étais plus jeune il y a 11 à 10 ans. A l’époque, j’ai eu à avoir des réactions que je ne saurai avoir aujourd’hui. Je suis quelqu’un qui ne fait pas de combat. Parce qu’un créateur ne doit pas avoir de combat.

Est-ce que sont les Lions seulement que vous avez eu à habiller ou vous avez dans votre porte feuille client d’autres équipes nationales?

Je peux juste vous dire aujourd’hui que je suis le plus jeune créateur dans le monde du sur-mesure en Europe. Certains ont 60 ans, d’autres 70 voire même plus. Il a été reconnu que le futur de l’habillement et du sur-mesure va être sauvé par Soufyno. Je crois que ça veut tout dire….

Vous avez quel âge?

J’ai 37 ans.

Bon on peut dire que Soufyno est revenu au Sénégal…

Non revenu c’est trop dire. Je ne suis jamais parti du Sénégal. Notre pays a des initiatives que je trouve pertinentes comme le programme triennal de développement pour ne pas dire le Plan Sénégal Emergent (PSE) à travers des domaines transversaux comme la technologie, les infrastructures, etc. Aujourd’hui nous savons tous qu’en Europe, il y a des grandes difficultés à financer des projets. Or il se trouve que notre pays à un programme sérieux de développement. Alors je me dis qu’il faille que je m’engage pour amener des leaders dans mon pays pour justement aider, accompagner le Sénégal dans son développement. Je voudrais juste préciser que mon engagement est strictement institutionnel.

A quel titre? Il s’agit d’une nomination du Président ou ….

Il y a 14 ans lorsque je prenais le vol pour amener des décideurs au Sénégal, Macky Sall n’était pas encore président. C’était bien Abdoulaye Wade. Quand je vous parle d’institutions, cela va au-delà des personnes. Parce que Macky Sall ne peut pas avoir plus de deux mandats qui équivaux à 10 ans; or les institutions s’engagent sur un minimum de 20 ans.

Est-ce à dire que vous êtes peut-être ambassadeur itinérant ou que vous pouvez agir au nom de la République du Sénégal?

Ça c’est vrai. Mais vous savez, nous sommes tous des ambassadeurs. C’est comme qui dirait que les Italiens sont des ambassadeurs de l’Italie. Quand on est Sénégalais, on est forcement ambassadeur du Sénégal.

Justement pour savoir si vous êtes officiellement nommé pour agir pour le compte de la République du Sénégal?

Ou est ce que vous avez entendu que je suis nommé? Parce que je vois que vous insistez sur la question de ma nomination.

Non c’est vous qui avez parlé d’action institutionnelle qui renvoie un peu à l’Etat ou si vous voulez à une nomination quelconque.

Je veux qu’on se comprenne. L’institution a un emploi du temps clair. Je veux simplement dire que la législation de l’investissement obéit à un certain nombre de règles qui sont entre autres les appels d’offre, le Partenariat public-privé, le gré à gré. Donc il faut certaines certifications et certaines capacités financières. Le gouvernement m’avait invité à Paris et une présentation des programmes a été faite. Alors c’est dans ce cadre que je me suis engagé….

Alors dites nous quelles sont les priorités de Soufyno dans le cadre de ce programme?

C’est la priorité et l’ambition de quelqu’un qui aime son pays par-dessus tout. Je suis un entrepreneur et j’ai les entreprises qui accompagnent, qui créent de la richesse. Je donne l’exemple des entreprises qui accompagnent la lutte. Je crois que c’est quelque chose à saluer. Il y a quelques jours une entreprise locale à sponsoriser la fête de la musique.

Mais vous en tant que grand créateur, qu’es-ce que vous apportez de nouveau au Sénégal en termes de projets porteurs?

Nous avons des projets qui sont extrêmement importants pour le président de la République dans le domaine de la santé, de la sécurité, de la technologie, l’éducation. Nous devons beaucoup insister sur la qualité humaine par la formation. Nécessairement, il nous faut un vrai savoir pour la gestion et la pérennisation. Nous avons besoin d’une génération pointue dans tous les domaines.

Dites nous quelles sont vos relations avec le Président Macky Sall?

Par respect, je répète, par respect à notre nation. Même si le Président Makcy Sall était mon ami je n’allais pas en parler. Le Président est le Président de tous les sénégalais.

Vous avez l’occasion d’habiller le Président?

Pas encore. Mes portes sont toujours ouvertes à tout le monde. Aujourd’hui si Pape Ndiaye qui est mon idole, habille le Président, c’est comme si c’était moi qui l’habillait. Ma référence dans ce métier, c’est vraiment Pape Ndiaye.

Vous semblez dépasser Pape Ndiaye là?

Non jamais de la vie. Pape Ndiaye restera toujours mon maître. Il restera éternellement mon maître. Si je n’avais vraiment pas de la considération pour lui, je vous jure que les Africains n’auront plus besoin d’aller ailleurs pour s’habiller. Mais j’ai beaucoup de considération pour Pape Ndiaye.

Votre dernier mot.

Les saints ont créé le filtre et l’équilibre entre nous. Les politiques doivent s’inspirer beaucoup de ça. Nous sommes un exemple achevé de démocratie. Mais je recommande que l’on redouble d’efforts dans le travail, le travail, le travail. Parce que nous avons tout pour réussir et nous allons réussir le développement.

Ben Hamid, Photo Ame Fall, TIMES24.INFO 

Mode