Times24.info : Les africaines ne donnent plus le lait au Bébé. Alors que le chanteur nigérian Wizkid connait actuellement l’apogée de sa carrière musicale, la starlette kenyane Huddah Monroe, semble le calculer depuis longtemp, vient de faire une révélation fracassante : elle aurait couché avec l’artiste. 

The boss lady, Huddah Monroe

The boss lady, Huddah Monroe

On la surnomme The boss lady. Huddah Monroe (photo), pour ceux qui ne la connaissent pas est une superstar des réseaux sociaux au Kenya avec près d’1 million de followers sur Instagram. Elle a participé à la plus grande téléréalité d’Afrique, Big Brother Africa en 2015, et aujourd’hui elle est à la fois modèle, actrice et femme d’affaires. Elle possède d’ailleurs sa propre ligne de cosmétiques et est réputée pour son mode de vie luxueux. Ses propos souvent trash font le buzz sur la toile, et c’est une fois de plus une de ses déclarations chocs qui a captivé notre attention. Il s’agit en effet d’un lapsus révélateur sur ses rapports avec le chanteur Wizkid.

Eh oui, tout est parti d’une vidéo dans laquelle Huddah Monroe voulait « lancer » le nigérian Wizkid. Mal lui en pris, elle s’est versé dans un atalaku** que même les propres fans de Wizkid ont trouvé exagéré.

« La vérité doit être dite. Il faut donner à César ce qui appartient à César et donner au reste ce qui leur revient. Que Dieu accorde à Wizkid une longue vie car je ne sais pas ce que je serai sans sa musique, je suis toujours en attente de son tube suivant…je vous assure sa musique me met dans tous mes états. Wizkid meilleur en Afrique de tous les temps. Je donne les mains » a-t-elle posté en légende de cette vidéo sur laquelle on pouvait écouter en fond sonore le titre « Daddy Yo » de Wizkid.

Ce à quoi un fan lui a répondu cash que si c’était une manière pour elle de faire un appel de balle au chanteur, elle ferait mieux d’y aller directement au lieu de venir dire des choses qui ne tiennent pas. La réponse de Huddah Monroe était sanglante. « Il ne s’agit pas de ça monsieur. Si ce n’est que pour la mbinda*, c’est passé depuis…moi je parle de musique et je maintiens ce que je dis. »