Times24.info : L’intervention des armées, intervient alors que le Conseil de sécurité des Nations unies a soutenu, à l’unanimité, ce jeudi, les initiatives menées par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour pousser le président sortant à quitter le pouvoir.  Plusieurs pays avaient menacé le président sortant Yahya Jammeh, qui refuse de céder sa place.

Ce jeudi, à Dakar, Adama Barrow, élu le 1er décembre à la tête de la Gambie, a été intronisé à l’ambassade de Gambie à Dakar. Les troupes sénégalaises et de quatre autres pays d’Afrique de l’Ouest, dont des maliens, sont entrées en Gambie ce jeudi après-midi.

Le Sénégal, unique voisin terrestre de la Gambie, ainsi que le Nigeria, avaient menacé d’intervenir militairement si le président sortant n’acceptait pas de quitter ses fonctions. Les soldats sénégalais ont pénétré «de partout» et «l’ensemble des moyens, terre, air et mer» des forces de la Cédéao a été mobilisé pour cette opération, a affirmé  un responsable de l’armée sénégalaise, précisant que des militaires du Nigeria, du Ghana, du Togo et le Mali sont également impliqués.

Mercredi dernier, dans un camp militaire à Gao, 77 personnes ont été tuées à la suite de l’explosion d’une voiture piégée au nord-ouest du Mali. Une attaque revendiquée par le groupe terroriste Al-Mourabitoun.  Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé un deuil national de trois jours à la suite de cette attaque.

Times24.info