Lancée par la créatrice sénégalaise Adama Ndiaye, plus connue sous le nom d’Adama Paris, Fashion Africa TV est la première chaîne 100 % mode pensée par et pour les Africains.

Adama Paris a l’idée de créer une chaîne spécialisée afin de décloisonner un domaine monopolisé par les Occidentaux et de valoriser le talent des stylistes et mannequins locaux, absents des écrans internationaux. « Je voulais offrir une plateforme à nos créateurs et surtout rendre visible la mode africaine qui, jusqu’à présent, n’intéressait presque personne. Une aberration au XXIe siècle ! » s’indigne celle qui est également la fondatrice de la semaine de la mode de Dakar.

Face au scepticisme des investisseurs, la créatrice autofinance le projet à hauteur de 80 millions de F CFA (122 000 euros). Et s’appuie sur son réseau et sa réputation. Désormais, les caméras de Fashion Africa TV se glissent dans les coulisses des défilés des Fashion Weeks africaines de Lagos, Monrovia ou Kinshasa. Les catwalks représentent 70 % des programmes.

Disponible au Sénégal, sur le bouquet américain ASTV – qui coûte environ 20 dollars par mois (15 euros) – et sur l’offre Orange, la chaîne gratuite pourrait bientôt faire partie du bouquet sud-africain DStv, leader dans les pays anglophones du continent. Un tremplin pour Fashion Africa TV, qui propose actuellement une centaine d’heures de programmes, dont des émissions originales produites par l’équipe d’Adama Paris, composée d’une dizaine de salariés.

Celebrity Closet nous dévoile la garde-robe des stars. Le télé-crochet La Nouvelle Top cherche à dénicher la prochaine Katoucha. L’émission séduit déjà des chaînes américaines et françaises comme Canal+, tentées par le rachat du programme.

Atteindre l’équilibre dans six mois

Malgré le lancement de Fashion TV Africa, qui diffuse la chaîne internationale Fashion TV sur le continent, Adama Paris ne craint pas la concurrence. « Nous sommes africains… Qui mieux que nous peut savoir ce que sont nos tendances ? » lance-t-elle. Sa chaîne compte déjà en moyenne 2 000 téléspectateurs par jour et commence à attirer les annonceurs, notamment Trace TV et Nollywood TV, qui partagent une cible similaire : un public jeune, attiré par les tendances. Si la rentabilité n’est pas encore au rendez-vous, Adama Paris, optimiste, espère atteindre l’équilibre dans six mois. Les coulisses des défilés n’auront bientôt plus de secrets pour les Africains.