Times24.info: Lors de cette interview, le Wati Boss nous a affirmé que Wati B compte élargir son champ d’intervention au Mali et dans de nombreux pays. Toutefois, il déplore qu’il coure depuis deux ans pour avoir l’autorisation d’ouvrir ce magasin. Entretien.

L’Indépendant : Après la mode production, on voit aujourd’hui que Wati B est beaucoup présent dans le monde sportif

Dadia Diakité dit Dawala : D’abord je jouais au football quand j’étais jeune. J’ai joué dans une équipe de 3ème division en France et j’ai joué à Bamako. Pour l’amour et la passion du football, nous avons décidé d’ouvrir le pôle sport afin de partager nos expériences acquises dans le domaine avec les jeunes pour mieux les orienter dans leurs carrières. En un mot les conseiller afin qu’ils puissent réussir dans la vie. Comme aujourd’hui Wati B a eu la chance de faire signer Cissé à Madrid et Diaby en Belgique. Wati B a également des footballeurs qui jouent en 1ère Division française comme Mamadou N’Diaye qui est blessé actuellement et Razaki (international guinéen). Wati B a un club à Bamako qui se porte très bien. Il est qualifié pour le carré d’as avec 14 matches joués, 14 victoires enregistrées. Ce qui est une première que je félicite de passage. Le but de Wati B, c’est d’aider la jeunesse malienne. D’ailleurs, je suis présentement à Bamako pour offrir des équipements aux jeunes afin qu’ils puissent être mieux formés.

Pourquoi pas prendre un ou deux joueurs de l’AS Wati B et de les emmener en Europe. Ce sera une fierté pour moi afin que ces jeunes réalisent leurs rêves. Et pourquoi pas un jour donner un coup de main à l’équipe nationale du Mali afin qu’elle puisse remporter la coupe d’Afrique qui est le souhait de tous les Maliens et de Dawala aussi.

Parlant de l’équipe nationale du Mali, existera-t-il un partenariat entre la marque Wati B et la FEMAFOOT dans l’avenir puis que vous sponsorisez beaucoup de clubs en Ligue 1 et en Pro A françaises ?

Bien sûr, je sponsorise Montpellier, SM de Caen et, aujourd’hui, la ligue nationale. On a eu la chance, ils nous ont fait des dons à l’association Wati B parce qu’ils ont vu que ce que nous faisons est sérieux. A cause de nos actions, nous avons reçu le Ballon du Cœur, c’est un espoir. Donc, le but pour nous c’est que l’équipe nationale du Mali porte la marque Wati B, cela sera une fierté pour chaque Malien. Avec Airness, c’est une grande fierté. Malamine Koné est un jeune malien comme nous, il est là donc il faut le supporter. Nous sommes là pour le soutenir aussi. Nous aussi (Wati B), nous attendons nos chances pour offrir la marque à l’équipe nationale. Aujourd’hui, c’est Airness qui sponsorise également de nombreuses équipes nationales et des clubs en Europe. Cela aussi est une fierté pour le Mali.

Est-ce qu’on peut connaitre d’autres champs d’intervention de Wati B ?

Wati B veut élargir son champ d’intervention au Mali et dans de nombreux pays. Cela fait près de deux ans que j’attends les autorisations pour faire un magasin Wati B à Bamako. Tandis que dans les autres pays de l’Afrique, j’ai déjà obtenu leurs autorisations pour ouvrir les magasins Wati B. Même si j’ai les autorisations des pays comme la Côté D’Ivoire, le Sénégal, le Gabon, la Guinée, j’ai décidé que ma première boutique en Afrique soit ouverte au Mali. Les autres pays attendront tant que la boutique Wati B du Mali n’est pas ouverte. En ouvrant ce magasin au Mali, je veux ramener les équipements, les produits Wati B dans ce magasin comme le même magasin qu’on a en Europe là. On espère avoir les autorisations très prochainement.

Hormis les vêtements, on ambitionne de faire un studio qui a le niveau européen à Bamako. C’est vrai que Wati B est très bien connu par rapport à la production où on est le numéro 1 en Europe. C’est un projet que nous réalisons petit à petit. Une fois qu’on aura fait le magasin, on ira soit sur le grand studio de production qu’on va construire à Bamako pour pouvoir former aussi les jeunes pour essayer de sortir internationalement. Et aussi de pouvoir construire un centre de formation que tout le monde attend.

Comment se porte la boutique après l’ouverture ?

La boutique se porte très bien après l’ouverture. D’ailleurs, la semaine dernière à Paris j’ai eu la chance de recevoir Seydou Kéïta de l’AS Roma qui est venu chercher son package. Il est venu donner la force à son petit-frère qui en a besoin. Aujourd’hui, c’est une fierté que les Maliens viennent dans la boutique pour me dire bonjour, ça donne de la force et l’envie de continuer pour aller plus loin afin d’être connu.

Entretien réalisé par Bandiougou DIABATE, Source: L’Indépendant