Times24.info:  Au Burundi, l’opposition a salué à Entebbe, en Ouganda, la reprise du dialogue inter-burundais visant à mettre fin aux mois de violences qui ont fait des dizaines de morts et poussé des milliers de personnes à fuir vers les pays voisins.

Delphin Ndikumana, chef de la délégation de l’opposition à ces pourparlers qui ont eu lieu lundi en Ouganda, a déclaré que la reprise des pourparlers pourrait offrir une solution pour mettre fin aux combats dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Agathon Rwasa, membre de la délégation d’opposition, a déclaré qu’il espèrait que ces pourparlers produiraient un environnement favorable pour la politique et les affaires dans le pays.

« Je pense que tout le monde veut un Burundi stable, où chacun pourrait rentrer chez soi et se sentir en sécurité », a déclaré M. Rwasa à Entebbe, à 40 km au sud de Kampala, la capitale.

Le ministre burundais des Affaires étrangères, Alain-Aimé Nyamitwe, représentait la partie du gouvernement à ces pourparlers présidés par le président ougandais, Yoweri Museveni.

Les autorités religieuses, organisations de la société civile et associations de défense des femmes ont également participé à cette réunion, de même que des anciens chefs d’État.

Des diplomates de haut niveau envoyés par les États-Unis, l’Union européenne et l’Union africaine, ainsi que des représentants des membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU en Ouganda, étaient aussi présents.

Les principales questions débattues ont porté sur la création d’un gouvernement d’union nationale et sur la stabilisation de la situation de sécurité dans le pays, entre autres.

Times24.info