Times24.info: Les sauveteurs ont retrouvé jeudi les restes d’une des victimes de la rupture d’un barrage au Brésil au début du mois, ce qui amène le bilan des morts à treize.

Le corps d’une victime non identifiée a été trouvé à Mariana, une ville de l’Etat du Minas Gerais, située directement dans l’axe de la coulée de boue et de déchets de la mine de fer qui se sont déversés suite à la rupture du barrage.

Le bilan des victimes devrait s’alourdir alors que onze personnes restent portées disparues trois semaines après que le barrage appartenant à Samarco, une entreprise minière exploitant du minerai de fer, a cédé le 5 novembre, déversant des boues toxiques qui ont enseveli une partie de la ville.

La compagnie minière Samarco, propriété de la multinationale brésilienne Vale et de la société anglo-australienne BHP Billiton, doit encore expliquer les raisons de la plus grande catastrophe minière du Brésil depuis une décennie.

La coulée de boue a dévasté la rivière Doce, décimant des espèces de poissons, et se déversant dans l’Atlantique, où elle menace des lieux de reproduction de tortues marines ainsi que d’autres formes de vie sauvage.

La coulée menace également l’approvisionnement en eau des villages le long de la rivière. En réponse, suite aux pressions des habitants de la région, Samarco a fourni aux villages de l’eau en bouteille, même si la compagnie réfute le fait que la coulée ait pollué l’environnement.

Les Nations Unies ont cependant contredit mercredi la défense de Samarco, expliquant que les résidus « contenaient des niveaux élevés de métaux lourds toxiques ainsi que d’autres produits chimiques toxiques ».

Times24.info