Times24.info : Une contrebassiste américaine âgée de 87 ans, est décédée à l’hôpital juste après avoir perdu connaissance sur la scène de l’orchestre symphonique au sein duquel elle jouait depuis 71 ans. Cette mort presque subite rappelle les circonstances de la mort en Côte d’Ivoire de l’artiste congolais Papa Wemba.

Jane Little a perdu connaissance dimanche pendant un rappel de l’orchestre symphonique d’Atlanta, en Géorgie, qui jouait «There’s No Business Like Show Business» pour clore un spectacle consacré à des tubes de Broadway.

Un choriste a réanimé la musicienne, qui est décédée peu après à l’hôpital, a annoncé l’orchestre lundi.

Mme Little était une membre fondatrice de l’Atlanta Symphony Orchestra, où elle a joué pour la première fois en 1945, l’année de la création de cette formation.

L’auteur-compositeur congolais Papa Wemba a rendu l’âme en avril dernier en Côte d’Ivoire, lors de son évacuation dans un hôpital d’Abidjan. Il a succombé à un malaise survenu lorsqu’il était sur scène. Jules Shungu Wembadio, de son vrai nom, est l’une des plus grandes figures de la musique congolaise, voire de l’Afrique. 

Surnommé « Le roi de la rumba congolaise », il était l’un des porte-étendards de la musique de son pays depuis les années 70-80, en la rendant populaire dans le continent. Papa Wemba était célèbre pour plusieurs titres, dont « L’Esclave » et « Le Voyageur ». Il faisait partie d’une génération de musiciens congolais surnommés « Les rois de la sape », tant ils étaient admirés pour leur style vestimentaire et leur goût pour les vêtements de luxe. 

Times24.info