Times24.infoQui pouvez imaginer cette faute lourde venant de la société des brasseries de l’ouest africain (SOBOA) ?

En image sur le marché, un cafard trouvé dans une des bouteilles de boisson de la SOBOA. Une société qui est jusque-là, très sollicitée par les sénégalais lors de grandes rencontres comme le Magal de Touba, le Gamou de Tivaoune, l’Appel des Layénes, les grands concerts de musique ou tout simplement dans les bars-restaurants ou les discothèques, sans oublier les petites boutiques de quartiers.

L’hygiène à la  SOBOA est désormais mise en cause avec cette bouteille découverte sur le marché local qui poussera certains sénégalais à faire plus attention à la consommation de boisson de la SOBOA ou tout simplement d’arrêter d’en boire jusqu’à nouvelle ordre.

Le gouvernement du Sénégal est alors interpellé et doit prendre toutes les mesures pour que les citoyens sénégalais consommateurs de boisson de la SOBOA, puissent acheter de la qualité les plus saines.

Cette faute très lourde de la SOBOA en est une preuve.

Les sénégalais adorent tout ce qui est sucré ? Les boissons de la SOBOA sont consommées un peu partout dans le pays et le cafard trouvé dans une des bouteilles de boisson de la SOBOA est inadmissible.

Informée par courrier de sa faute lourde, la société des brasseries de l’ouest africain a réfuté les faits et veut même étouffer l’affaire.

Dans sa lettre en date du 19 février 2015, signée le Directeur Général adjoint et le Directeur Commercial et Marketing, la SOBOA regrette tout simplement son acte très grave, en mentionnant : « Nous accusons réception de votre réclamation du 17 février 2015 et regrettons le désagrément subi. » Elle poursuit « En effet, la recherche de la qualité et la satisfaction de la clientèle sont des préoccupations majeures de la société, qui prête une attention particulière à chacune des bouteilles qu’elle met sur le marché. Nos bouteilles subissent trois lavages successifs sous pression et sont soumises à des inspections avant et après remplissage. » Quoi ? Comment peut-on alors trouver un cafard dans une des bouteilles sur le marché ? Du laïcisme ?

« Vous pourrez vous en rendre compte lors de votre prochaine visite dans nos locaux et sur nos lignes de productions, auxquels nous vous invitons » note le document dont Times24.info en a reçu une copie.

Abdoulaye Diallo, boutiquier au quartier Ouakam qui a découvert cette « preuve palpable » dans la bouteille de gazelle qui contenait ce « cafard bien encastré », a déposé une plainte au niveau du procureur de la République, depuis le mois de février 2015, jusque-là sans suite.

« L’association de consommateurs doit taper fort, en organisant une grande marche nationale et de poursuivre la SOBOA pour faute très grave à l’égard de la population sénégalaise » conseille Djibril Thiam, un habitant au quartier grand-Dakar.

Times24.info