Times24.info - L’affaire de l’assassinat du journaliste burkinabé Norbert Zongo est loin de connaitre son épilogue. Assassiné en 1998 alors qu’il menait avec trois autres de ses pairs une enquête sur la mort du chauffeur de François Compaoré, frère cadet du président déchu Blaise Compaoré, ses bourreaux continuent de tomber.

Aux dernières nouvelles, trois militaires de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ont été inculpés. «Trois militaires de l’ex-RSP font l’objet de mandat de dépôt. Les auditions se poursuivent et à ce jour, il y a eu une dizaine d’auditions, des saisies ont été opérées. Il y a une relance de la procédure», a confié Me Bénéwendé Sankara, l’un des avocats de la famille Zongo.

Un nouveau pas vers la vérité, pour Me Sankara, qui appelle les Burkinabè à maintenir la mobilisation, tout en faisant preuve de patience car l’enquête pourrait prendre encore du temps avant d’aboutir.

Toutefois, des sources affirment que le véhicule des assassins de Norbert Zongo et de ses trois compagnons d’infortune, un 4×4 de couleur bleue, a été retrouvé et mis en lieu sûr par la justice, a indiqué l’avocat.

L’Etat burkinabé a en outre procédé au règlement de l’indemnisation de 233 millions de francs CFA aux familles, en exécution de la décision de la Cour africaine des Droits de l’homme et des peuples, rendue en juin dernier.

Times24.info