Times24.info: En comité directeur spécial cet après-midi, l’ancien Président Abdoulaye Wade a fait une déclaration sur le meeting du Pds prévu Mercredi.

Me Wade a indiqué que « tous les jeunes étaient conviés et a mis en garde le Chef de l’Etat actuel du Sénégal de ne pas s’aviser à interdire cette marche.

« Je lance le slogan  « Fipou! »  Nous avons décrété une ère de résistance à l’oppression qui est une notion de droit positif. Que toute la population vienne Mercredi devant la permanence pour rejoindre avec nous la place de l’obélisque. Et si Macky interdit notre marche, je demanderai que tout le monde aille devant la Présidence… » a-il révélé.

Biens mal acquis

Concernant la traque des biens mal acquis, Me Abdoulaye Wade a demandé au président Macky Sall d’indiquer lui-même l’origine de ses biens, précisant au passage que lui en tant que Chef de l’Etat, ne lui avait rien offert.

« Je connais les structures de la Présidence; le premier ministre a une caisse qui s’appelle la « Casamance » que je ne contrôle pas. S’il a mis Samuel Sarr en prison abusivement, il doit aussi s’expliquer sur l’origine de son argent. Moi j’ai donné beaucoup d’argent, mais c’est mon argent. Tous les ans, j’avais un budget voté par l’Assemblée et une caisse réservée au Président de la République. Je pouvais mettre de côté chaque année, un milliard ou deux, mais je n’en ai rien fait, j’ai tout distribué aux sénégalais. Sa plainte à Paris a été rédigée de telle façon qu’elle me visait directement. La police a donc fouillé mes comptes et en a conclu que je n’avais pas d’immeuble ».

Selon lui, Macky Sall doit lui aussi s’expliquer sur la question. « Ceux qui l’entourent et qui l’ont mis dans cette situation actuelle, c’est juste une bande d’énergumènes. Qu’il nous dise où est-ce qu’il a trouvé ses immeubles aux Etats Unis… »

Appel à l’armée

Le Président Abdoulaye Wade a tenu à repréciser sa pensée concernant « un appel qu’il aurait lancé à l’armée» et de noter qu’en tant qu’ancien Chef de l’Etat, il ne saurait cautionner des violences armées. « Je me suis absenté de ce pays deux ans, alors que Macky Sall avait mis en prison des militants et pris la mesure d’interdire nos responsables de sortie du territoire. J’ai voulu lui laisser le temps d’arriver à la raison. Malheureusement, il n’a rien compris. Rappelez-vous en 1974, à l’époque des partis uniques en Afrique, tous les mécontents de notre continent allaient à l’étranger créer des mouvements de libération pour tenter avec des armes, de conquérir le pouvoir. J’ai été le seul à m’abstenir de lutter par les armes et je suis revenu et j’ai décidé de venir lutter par la création d’un parti interne régi par les lois. C’était la rupture avec les mouvements de libération.

Et grâce aux hommes et femmes courageux, notre parti a évolué et a pu conquérir le pouvoir par des élections libres et démocratiques. Mais auparavant, nous avons subi beaucoup de brimades et cela ne nous a pas amené à la lutte armée ».

Wade de continuer, en notant que « cette opposition pacifique interne a pu avoir une influence positive dans le reste de l’Afrique. Est-il pensable que je fasse un coup d’Etat après avoir été président élu. C’est la raison pour laquelle, je voudrais être compris comme un homme qui assume ses responsabilités; Abdou Diouf et Collin savent que j’ai refusé le pouvoir qui m’avait été offert par les puissances occidentales. Il peut en témoigner (Diouf), lorsqu’il m’avait reçu, il m’avait dit personne dans ton entourage ne pense que tu irais chercher des armes. C’est la raison pour laquelle je veux que l’on comprenne bien ce que je suis en train de faire aujourd’hui.

S’agissant de la déclaration, j’ai dit et j’assume que Macky Sall se comportait comme un dictateur qui foule au pied les textes de la Constitution, refusant les droits qui y sont inscrits, utilisant la police pour nous disperser et bien cela nous ne pouvons plus l’accepter. J’ai ajouté que si cela continue, je ferais appel à l’armée pour nous départager et abriter les conditions d’une élection libre et démocratie. Qu’est-ce que je gagne dans un coup d’état militaire ? » dira l’ex chef d’Etat.

Il a par ailleurs accusé Macky sall de saper la cohésion dans la CEDEAO, en refusant d’appliquer les mesures de la Cour de justice de la communauté. « La marche, c’est un moyen d’expression, mais depuis deux ans, il nous refuse les marches et son ministre évoque des justifications fallacieuses. Sommes-nous des gens à troubler l’ordre public, c’est lui qui le trouble avec le ministre de l’Intérieur. Quand je suis rentré, j’ai été accueilli par des millions de personnes. Mais Macky Sall n’a pas décodé ce message. Et plus encore, il viole une loi de la CEDEAO et met en cause l’unité de la communauté, c’est la première fois que l’on voit un Etat qui viole les lois» martèlera t-il.